Scribouillages et pensées frénétiques

De tout et de rien. Surtout de rien.

18 mars 2016

Algorythme project

J'adore cette série de vidéo.
Je les trouve très didactiques pour expliquer comment fonctionnent des algorithmes de tri par l'observation des mouvements.
Et comme le médium utilisé pour l'expliquer n'a rien a voir avec les mathématiques, cela évite de rebuter l'observateur qui se pense nul en math, algèbre et tous ces trucs.

Par contre je ne peux pas m'empêcher de penser qu'en Ubervald, c'est à cela que ressemble SORT.

 

Posté par Lledelwin à 07:25 - Trucs divers - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 mars 2016

Aujourd'hui, retro-gaming : Ultima VII

 

Entre l'image un poil pixelisée, les contrôles qui devaient être intuitifs il y a 20 ans et qui ne le sont plus du tout actuellement, la police de charactère, le viel anglais et l'absence de journal de quête, c'est chaud.

Je viens de passer 5 minutes à comprendre comment me déplacer, je clique sur tout pour m'emparrer de trucs et je n'arrive qu'à causer à des paysans ou à pioncer (sur une scène de meurtre, décontracté je suis) et c'est galère.

Mais bon, YOLO. (hahaha)



Posté par Lledelwin à 16:37 - Jeux - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2016

Aujourd'hui, parlons un peu du pouvoir des fleurs !

pouvoir_des_fleurs

Posté par Lledelwin à 13:58 - Réflexions. - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2016

Aujourd'hui, Wolf Hall

Vous en avez pas marre de ces séries historiques où l'on se dit que si on était à la place des personnages et un petit peu malin, on éviterait de trop s'attacher à sa femme, ses gosses, son voisin car il va de soi que, d'ici deux plans, l'un d'entre eux au moins se hacher menu par l'envahisseur barbare de passage et de service?

Moi si. Des fois je rêve même d'une série qui prenne pour cadre un petit village ou une ville du XIIeme, où les gens vivent, s'aiment, se détestent, meurrent dans leur lit et où, globallement, il ne se passe rien ; pas de famine, pas de chasse aux sorcières, pas d'intrigues qui entraine la destruction de trois comtés et le passage de deux lignées au fil de l'épée... Rien que de la vie quotidienne de gens auxquels on puisse s'identifier, qui vivent leur vie et font leur bonhomme de chemin... Qu'est-ce que ce serait reposant ! Chiant, mais reposant. ...Bon, une histoire, c'est bien aussi, mais, par pitié, ça suffit ce festival de la barbaque, ces scènes de violence explicites bien cadrées pour en foutre plein la vue au spectateur voir de lui coller des hauts le coeur (oui, je pense à toi, Borgia).

Et bien je suis comblée car j'ai découvert Wolf Hall !

Wolf Hall, c'est l'histoire de Thomas Cromwell. Et c'est vachement cool !

Futur premier comte d'Essex, futur arrière-père d'un certain Oliver, Thomas Cromwell est, au moment où commence le récit, bien emmerdé : fils de maréchal ferrant, il travaille comme clerc pour l'archevêque d'Angleterre chargé par Henry VIII de persuader le pape qu'il a d'excellentes raisons de faire annuler son mariage avec Catherine d'Aragon (...Enfin, meilleures que "elle ne m'a pas donné un seul fils qui a dépassé la prime enfance" ou "J'ai envie de sauter la p'tite Boleyn") et l'archevêque a beau faire de son mieux, il n'arrive pas à grand'chose... Ce qui entraine sa disgrace et, par effet boule de neige, compromet fort les chances de réussite sociale de son roturier de clerc, qui bataille ferme pour tenter de sortir son épingle du jeu.

...Oui, grosso modo, c'est tout à fait le pitch des Tudors. Sauf que c'est l'anti-Tudor. 

Déjà Henry VIII a la gueule d'Henry VIII pas de Ziggy Stardust qui aurait laissé tombé le maquillage outrancier pour faire dans la grosse breloque outrancière !

Source: Externe vs  Source: Externe

...Notez le soucis du détail, tout de même : le portrait d'Henry VIII par Holbein derrière le trône... sérieusement, qu'est-ce qu'il fout là ? Si on part du postulat que John Rhys Meyer est Henry VIII avant qu'il ne devienne obèse, qu'est-ce que ce portrait de Holbein fout là ?? Après, c'est perturbant de voir le flic contemplatif de Life jouer (avec brio) le caractériel et inconséquent Henry VIII, mais on passe vite au-dessus.

Bref, le casting a vraiment de la gueule, la gueule de l'emploi et le costume de l'emploi. Et y a Mathieu Amalric en ambassadeur de Charlequint, ce qui vaut son besan d'or.

Ensuite, le personnage principal, ce n'est pas Henry VIII mais Thomas Cromwell. 
Donc pas lui, là, au-dessus, mais lui, là, en-dessous.

Soit un type qui a la gueule d'un peu monsieur Tout-le-Monde, en plus constipé peut-être, et qui a des aspirations simples comme vivre heureux, garantir à sa famille une vie décente et un bel avenir, marier ses filles, faire prospérer son office, vivre tranquile sa petite crise de Foi anti-papiste, ne pas se faire décapiter par son caractériel souverain, avancer ses billes pour parvenir aux buts cités ci-dessus. (...Spoiler alert : ça ne se passera pas tout à fait comme souhaité).

Du coup la série a un tout autre rythme que les Tudors. Le roi et sa wannabe-reine, on ne les voit que très peu, par les yeux de quelqu'un qui n'est pas un intime, qui n'a pas accès aux alcoves et n'assiste pas aux parties de jambes en l'air de son roi. Donc on a pas du tout de plan de sexposition ; il a fallu attendre le troisième épisode où Thomas fait une descente au bordel pour menacer un personnage secondaire pour voir furtivement une paire de seins. Dans Game of Throne, on aurait atteint ce quota dès la fin du générique. Pareil pour la violence ; Thomas est un lettré, pas un gros bras, donc quand il va menacer un péquenot, c'est verballement, en promettant de gros emmerdes. Des emmerdes plus du type redressement fiscale qu'énnucléation à la petite cuillère. Et vu sa gueule d'inspecteur des finances, on le croit.

- ...Donc en gros, y a pas d'actions, y a pas de nichons, y a pas d'histoire de cul, on suit un comptable un avocat qui de temps à autre croise de loin le roi et la cours, c'est cela ? C'est chiant quoi ?"

Et bien pas du tout ! Le fait qu'il n'y ait que peu de scène d'action pure et dure et pas de scène de cul ne veut pas dire qu'il ne se passe rien du tout. Toute l'intrigue de la série repose sur les intrigues de cours, celles-ci ne sont pas un prétexte pour passer d'une scène de cul à une scène de gnons. On a le temps de comprendre qui sont les personnages, ce qu'ils veulent, d'où ils viennent, voir de les apprécier. Ensuite, si la violence graphique est rare, cela permet de prendre la pleine mesure de la pression voir de la violence psychologique qui pèse sur les personnages. Enfin, parce qu'elle est rare, la violence garde son statut de perturbation brutale de la normalité. 

La série s'achève avec la fin de règne de Anne Bowleyn et une seconde saison est annoncée.

Wolf Hall :
Mini-série de 6 épisodes.
http://www.imdb.com

Posté par Lledelwin à 20:52 - Séries télé, film, websérie, pop-culture - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2016

Aujourd'hui, je tire un trait sur le projet 7th sea "Ussura 2nd ed"

 Today, I admit that the "Projet 7th Sea" will never be finished

ussura-0

 

- Et là nous construirons tout notre nouveau truc ussuran
- Mmmmmhmmm... - Mmmgrmmgll...

Ussura2-1- Avec un nouvel arc narratif, de nouvelles intrigues, de nouveau... Quelqu'un peu me dire ce que cette paysanne fait ici ?
- Ne faites pas attention. Une partie d'une nouvelle intrigue.
- Très bien

Ussura3- Je suis là pour boter des culs et manger du borsch. Et tu as volé notre borsch !
- Donc ici, nous... Quoi ? Qu'a-t-elle dit ? Pourquoi VOUS, vous souriez ?
- Parce que cela n'importe guère...
-Bien sûr que si ! Je vais écraser cette révolte paysanne comme des noix !
- Pas cette fois.
- Pourquoi pas ?
-Vous ne savez pas ?

ussura4- Savoir quoi ??
- John Wick a lancé un Kickstarter pour une seconde édition de 7th sea, avec de nouvelles intrigues et un monde amélioré.
- Bien, grand bien lui fasse... En quoi cela nous concerne-t-il ?
- Ne comprennez vous pas ? Nous sommes un projet obsolete. 7th sea est revenu à la vie et nous, nous somme juste de l'histoire ancienne. 
- Je déteste le Borsch.

ussura-5
- De l'histoire ancienne ? Que voulez-vous dire ? Tous mes plans ? Mes réformes ? Ma belle capitale ? De l'histoire ?
- HA HA HA, (oui, kamarad)
- Je crais que oui, Mais admettez-le, rien n'a changé depuis si longtemps... Nous étions déjà de l'Histoire. Une tragique histoire inachevée... Mais... Au moins Nous subsistons.

ussura-6

 

ussura-7- Plus personne ne bouge ! "Reprenons la pose !"


Le projet 7th sea, c'était ça

Cette note peut paraitre un peu morose et moi un peu amère. En fait pas du tout. Je suis vraiment enchantée d'apprendre que 7th Sea revient à la vie, que ce n'est pas, comme nous l'avions crû, un abandonware dont ses fans pouvaient se saisir pour continuer les développements qui ne seraient jamais entrepris par les auteurs officiels du jeu et de l'univers.

Je suis absolument ravie de voir que ce qui me paraissait une immense faiblesse du jeu, à savoir se dérouler dans un monde limité à l'Eurasie, va être corrigé par ses auteurs, qui ont entrepris d'ajouter un Nouveau Monde ne se limitant pas aux Caraïbes et une Afrique et que, à en juger d'après le premier supplément annoncer pour Ifri (l'Afrique) qui s'intitule "Djen, capitale de l'empire Mandé" et le fait que l'auteur engagé pour écrire cette partie de l'univers de Théa est lui-même afro-américain, il y a de très fortes chances que Ifri ne sont pas un décors façon Tintin au Congo fleurant bon les fantasmes post-coloniaux.

Je suis également ravie d'apprendre que les règles vont également être revue de fond en comple pour plus de simplicité. Les combats, en jeu de rôle sur table, c'est toujours de grands moments de ralentissement, où l'on prend des heures pour résoudre ce qui, en réalité, se résoud en quelques minutes. Et les règles de combat de 7th sea, surtout celles relative à l'escrime, étaient assez lourdes.

Ussura, le supplément qu'on prévoyait d'écrire, ne verra jamais le jour (probablement parce qu'on a perdu contact et qu'on a tous nos vies), mais 7th sea est bien vivante. Et moi, j'aurais appris beaucoup de chose sur le costume du XVIIIeme, sur le modelé et la mise en couleur, sur les rapières, épées de cour et autre sabre, je me suis même mise à l'escrime depuis, et j'attends.

 

This note may seem a little sad and me a little bitter. Actually not at all. I am truly delighted to learn that 7th Sea is back to life and not, as we tought, an abandonware, available for fan's developpement never done by true authors of the game and the universe.

I am absolutely delighted to see that what seemed to me a huge weakness of the game, a world limited to Eurasia, will be corrected by the authors, who'll add a New World not limited the Caribbean, and Africa and, to judge by the first supplement to announce IFRI (Africa) entitled "Djen, capital of the Mande empire" and the fact that the author hired to write this part of the thean universe is African-American, there is a very high chance that IFRI will not be a kind of "Tintin au Congo" backround smelling good post-colonial fantasies.

I am also pleased to learn that the rules will also be reviewed from top to bottom comple for simplicity. In RPG, fights are always great moments of downturn when it takes hours to solve what in reality is finished in some minutes. And combat rules 7th sea, especially those relating to fencing, were quite heavy.

Ussura, the supplement that was planning to write, will never see the day (probably because we lost contact and we have all our lives), but 7th sea is alive. And myself, I have learned a lot about the costume of the eighteenth, on the modeling and coloring, on rapiers, swords and other court sword, I even take lesson of fencing since, and I am waiting !

Posté par Lledelwin à 18:27 - Projet 7th sea - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2016

7th Sea kickstarter

SHUT UP AND TAKE MY MONEY !!!!

 

 

Posté par Lledelwin à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2016

RIP Mon scanner

WP_20160203_07_47_31_Pro

Premiere victime de la guerre félino-féline, mon petit scanner canon est tombé au champ d'honneur. Littéralement. Il est tombé de l'armoire ou il était posé, propulsé en arrière par le bon d'un chat assis dessus. La vitre a volé en mille éclats.

Posté par Lledelwin à 08:18 - It's my life - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2015

Avant, nous avions des principes. Aujourd'hui nous avons un chat.

 

chat-et-principes

 

Aujourd'hui, enfin, je me sors les doigts du luc et je poste ce dessins terminé depuis... pfiou, au moins ça.

Donc nous avons un chat, nous sommes passé du coté obscur de la force, celui où l'on gatouille devant un petit bidule à quatre patte au prétexte qu'il est trop choubidougnon avant de tenter de garder un semblant de street-credibility en gueulant que "le chat, pas les griffes !!!" et ou l'on peste sur notre echec manifeste en tant que parents de chat incapables de l'empecher de faire ses griffes dans les fauteuils plutôt que sur son grattoir fancy tout plein et qu'il boude...

Chat qui en ce moment même est assis devant mon écran, sur mon bureau.

Posté par Lledelwin à 11:44 - It's my life - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 octobre 2015

Le plus dur, après un enterrement, ce sont les rêves

deuil

Le père de mon compagnon a été hospitalisé d'urgence début juillet, pour une infection généralisée due à des staphilocoques dorés, entrés dans son organisme on ne sait trop quand ni comment. 

Après plusieurs jours (...semaines) sous antibiotiques, l'infection était plus ou moins sous contrôle mais les reins et le coeur avaient pas mal soufferts.

Le 12 aout, le jour-même où je signais mon contrat de travail, il fut opéré pour une transplantation de valves cardiaques. L'opération se passa bien, la récupération beaucoup moins.

Après plusieurs jours (...semaines) en syndrome confusionnel post-opératoire, son état s'était soudain brusquement amélioré et on osait enfin espérer un rétablissement, après des mois de hauts et de bas, d'examens, de dyalises, de machines qui font ping, de montagnes russes émotionnelles. On faisait des plans d'avenir.

Et puis son état de santé s'est dégradé le 9 octobre et le 10, son coeur cessait de battre pour toujours.

Il fut inhumé le 16 octobre.

Il avait 68 ans.

"Lavez-vous les mains !"
Jean Lefèvre

 

Posté par Lledelwin à 13:35 - It's my life - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2015

On ne plaisante pas avec la religion. On ne plaisante pas avec le terrorisme. on ne plaisante pas.

Qui se souvient de La petite mosquée dans la prairie ? Cette série canadienne écrite par une musulmane dépeignait le quotidien d'une communauté hétéroclite de musulmans d'origine diverse vivant dans une petite ville et réunie autour de leur nouveau local de prière, aimablement prêtée par le curé, et leur jeune imam, tout droit débarqué d'une grande ville, face à la défiance des auditeurs de la radio locale, légèrement de xénophobe.

C'était léger, satirique, parfois un peu maladroit mais souvent drôle.

Parlant du jeune imam, celui-ci apparaît dans le premier episode. Il a abandonné une carrière prometteuse ou on porte des costumes sérieux pour se consacrer a la religion et, alors qu'il fait la file à l'aéroport, à une discutions houleuse avec son père qui ne comprend pas ce choix, estime qu'il s'agit d'un suicide social, que ça va faire l'effet d'une bombe au'repas de famille...  Au fur et à mesure que ces brides de conversations sont saisies par les voisins du jeune cadre dynamique d'Ève u homme de Dieu, ceux ci prennent peur, s'écartent et finalement la sécurité débarque et l'arrêté pour suspicion de terrorisme.

Et bien la même situation viens de se reproduire, grandeur nature, en Belgique.

On avait déjà eut  le jeune pakistanais rentrant d'un match de cricket avec sa batte sous le bras, enroulée dans un sweat shirt dont le portrait s'est retrouvé dans la presse et sur des avis de recherche de la police, suspecté de transporter une arme a feu en rue et de préparer un attentat dans les beaux quartiers.

Aujourd'hui, on a l'amateur d'humour noir qui cherchait a briser la glace et qui a réussi a fait débarquer les forces d'interventions spéciales a un team building

 

Tweet ironique à Anvers: bâtiment évacué et unité spéciale déployée

Ce mercredi 30 septembre, en soirée, le bâtiment du siège d'ING à Anvers a été évacué à la requête de la section terrorisme de la police d'Anvers. Il n'y avait pourtant aucun autre danger pesant sur le bâtiment. Hormis celui d'abriter un amateur d'humour noir. Explications.

http://www.rtbf.be

 

 

 

 

 

 

Posté par Lledelwin à 08:24 - Actualité - Commentaires [0] - Permalien [#]