Scribouillages et pensées frénétiques

De tout et de rien. Surtout de rien.

18 octobre 2015

Le plus dur, après un enterrement, ce sont les rêves

deuil

Le père de mon compagnon a été hospitalisé d'urgence début juillet, pour une infection généralisée due à des staphilocoques dorés, entrés dans son organisme on ne sait trop quand ni comment. 

Après plusieurs jours (...semaines) sous antibiotiques, l'infection était plus ou moins sous contrôle mais les reins et le coeur avaient pas mal soufferts.

Le 12 aout, le jour-même où je signais mon contrat de travail, il fut opéré pour une transplantation de valves cardiaques. L'opération se passa bien, la récupération beaucoup moins.

Après plusieurs jours (...semaines) en syndrome confusionnel post-opératoire, son état s'était soudain brusquement amélioré et on osait enfin espérer un rétablissement, après des mois de hauts et de bas, d'examens, de dyalises, de machines qui font ping, de montagnes russes émotionnelles. On faisait des plans d'avenir.

Et puis son état de santé s'est dégradé le 9 octobre et le 10, son coeur cessait de battre pour toujours.

Il fut inhumé le 16 octobre.

Il avait 68 ans.

"Lavez-vous les mains !"
Jean Lefèvre

 

Posté par Lledelwin à 13:35 - It's my life - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire