Scribouillages et pensées frénétiques

De tout et de rien. Surtout de rien.

01 août 2010

Une Renaissance en papier

...Est une exposition de reconstitutions de costumes allant de la Renaissance au XVIIème siècle réalisées par Isabelle de Borchgrave sur base de tableaux représentant les illustres Médicis et à partir de papier de soie, de papier japon, de carton ondulé, de papier non tissé, etc.

Les 29 costumes sont exposés aux MRAH (aka "le Cinquantenaire") jusqu'au 29 août et ils valent franchement le détour.

Trois costumes masculins du Quattrocento.

rennaissance_papier_1

Les deux jeunes hommes du dessus portent un habit à manche bouffantes resserrées au-dessus du coude. Celui de droite porte en plus un pourpoint à manches tellement largement fendues qu'elles n'ont plus qu'un rôle strictement décoratif.

Les couleurs sont assez audacieuses : pourpoint vieux rose avec motifs de fleurs dorées par-dessus un habit bleu nuit moucheté d'or et des chausses rouges pour le monsieur de droite, habit bicolore rouge et vert avec démarcation diagonale pour celui de gauche.

Les fresques de la chapelle des Mages ont servit de source d'inspiration pour ces deux costumes, celui de droite se retrouvant dans le cortège du vieux mage, celui de gauche précède le cortège du jeune roi à pied.

En-dessous, Cosme de Médicis porte, comme les deux précédents jeunes hommes, un pourpoint de Choco-prince par-dessus des chausses moulantes et pour se protéger du temps, à moins que ce ne soit l'uniforme de sa fonction, il porte une intéressante cape à col Mao fendue sur les cotés pour laisser passer les bras et refermée devant par des boutons de tissus. Lui aussi est amateur de Jesus's Nike : socques épaisses retenues par deux liens en cuir.

Entendu dans l'expo "maar 't is geen manelijk kleeding ! Dat is een vrouw !" Ouch. Manquer à ce point de culture iconographique. Et dire que c'est sensé être leur heure de gloire, la Renaissance !

Jeune femme de la Renaissance - Catherine et Henri II

rennaissance_papier_2

A gauche : costume d'une jeune florentine anonyme du Quatrocento, manifestement enceinte. Elle porte une première robe rouge sombre - par dessus une chemise aux poignets froncés - et par-dessus cette robe une sorte de large manteau en voile très léger et translucide, froncé au col et aux épaules pour s'évaser autour de la silhouette et largement ouvert sur le devant. Détail du poignet de la robe rouge et des lacets qui resserrent l'avant-bras tout en laissant voir la chemise. Détail des poulaines du costume de Laurent de Médicis d'après la fresque du palais Medicis Riccardi - et des éperons.

A droite, costume de Catherine de Médicis d'après un tableau de François Clouet. Multitude de perles - le col en dentelle qui encadre le visage de la reine n'est pas raccorché à une chemise, il semble fixé à un collier de perles - perles cousues sur les vêtements, partout. Une robe de dessus à décoleté carré à fond noir, brodée de perles formant un motif en croisillon, ouverte sur une robe de dessous rose tendre, même croisillon de perle et pierre au milieu. les pierres et perles brodées sur la robe sont peintes en trompe-l'oeil sur le papier. Je n'ai pas eut le temps ni le courage d'être exhaustive.

Détail de la culotte à crevé de l'habit de Henri II. L'habit est noir avec des broderies dorées, la culotte est dorée et laisse voir le caleçon en toile blanche par-dessous. La braguette est fascinante (hop, appeau à troll) : pièce de tissus passant entre les jambes et s'étalant en collerette autour de la construction aux ourlets rigidifiés qui flatte la virilité du souverain et laisse rêveur quand à l'évolution du sentiment de pudeur à travers les âges : si cet habit laisse penser que le souverain à le braquemard, la robe de Catherine est si étroitement corsetée qu'elle ne laisse absolument rien deviner de la poitrine de la souveraine.

Isabelle et Marie de Médicis

rennaissance_papier_3

A droite : costume d'Isabelle de Médicis d'après Alessandro Allori. Le papier de la robe de dessus, noire, est travaillé de façon à évoquer le velours. Les manches sont composées de trapèze en velours ourlé de gris perle, reliés aux angles par quatre perles en croix. La robe noire s'ouvre pour laisser voir la robe de dessous, blanche.

A gauche, robe de Marie de Médicis très contrastée : la robe de dessus a un fond clair semé de mouchetures dorées, les ourlets sont largement soulignés de passementeries brun-noir. Fin XVIème, les manches fendues ont toujours la cote. Le col en dentelle est devenu énorme, il tient grâce à une sous-structure qui le rigidifie, apparemment, ou alors il s'agit des ourlets empesés (L'énoncé des matières n'aide pas à le déterminer : "papier") La robe du couronnement de Marie de Médicis étant dans une vitrine contre un mur, il n'était pas possible de tourner autour donc d'observer de près et sous différents angles les détails de la construction de celle-ci, je n'en ai donc pas fait de croquis.

Manquent les croquis des vêtements des enfants Catherina et Anna, de Jean VI Paléologue et de Anna Maria Luisa Médicis, mais ces croquis sont plus rapides et moins aboutis. Je crains qu'ils ne soient pas d'une grande aide pour - hypothèse audacieuse - me permettre de reconstituer un jour prochain un super costume de choco-princesse de la Renaissance !

Posté par Lledelwin à 17:21 - Actualité - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    Jolis croquis, vraiment. Et si tu les as fait sur-place à main levée, ton mérite ne s'en trouve qu'agrandi !

    Posté par Someone, 02 août 2010 à 11:38
  • Et bien quoi, t'as fait une overdose de carottes ou tu espère juste qu'on oublie un moment tes exploits de trolls pour mieux exhiber ta bite métaphoriquement parlant d'ici deux trois posts ? C'est pas comme si tu n'étais pas coutumier du fait, hein ?

    Posté par Lledelwin, 02 août 2010 à 12:40
  • Mais... qu'est-ce que c'est que ce langage !? Qui a dit que nous ne pouvions apprécier le talent et le bon goût ? Tes diatribes te rabaissent et te discréditent, et après c'est nous qu'on taxe de trolleries !

    Allez, un morceau de savon dans la bouche ! (à moins que tes obsessions te fassent préférer autre chose...

    Posté par Someone, 02 août 2010 à 13:06
  • Technique de troll n°5 : se faire passer pour la victime incomprise

    Posté par Lledelwin, 02 août 2010 à 13:09
  • En tout cas, j'aime beaucoup la ligne des vêtements.

    Posté par slobodan, 02 août 2010 à 14:49
  • Salut toi ! De véritables reconstitutions de vêtements, autour desquelles on peut tourner, ça donne d'avantage de pistes pour les illustrations RP.

    Il faut tjr que je t'expédie les dessins terminés et ceux qui le sont moins... Ceux qui se trouvent sur le blog sont en résolution basse. Pour l'impression, il faudrait une résolution deux fois plus haute (donc deux fois plus grosse) ce qui va être lourd à envoyer par mail.

    Je peux t'envoyer un cd par la poste, à la rigueur, ou un par un en haute def' par mail, voir par smtp si tu en a un...

    Posté par Lledelwin, 02 août 2010 à 15:03
  • Je connais le souci de l'analyse visuelle, j'ai le même avec les armures et les vetements défensifs médiévaux. Difficile de décrire parfois.

    Pour les envois, si tu as les moyens d'envoyer les gros fichiers, vas y. Sinon, on trouvera un moyen.

    Posté par slobodan, 02 août 2010 à 23:47
  • Un moyen serait de mettre les fichiers en haute résolution sur ton blog afin qu'ils puissent être directement téléchargés par le destinataire, tu crois pas ?

    Posté par L'ami éternel, 03 août 2010 à 09:47
  • Je suis limitée par la ma boite mail à 10 Mo mais j'ignore combien la tienne peut supporter. S'il faut attendre trois jours que la pièce jointe ait fini de charger, le cd par la poste sera plus rapide... Quant à Canalblog, ce site est une plateforme de blog, il n'a pas vocation à héberger d'importants fichiers

    Posté par Lledelwin, 03 août 2010 à 11:48

Poster un commentaire